Ghana: le secrétaire d'État aux Finances limogé après des accusations de corruption

Getty Images - ruffraido

Malaise au sein du gouvernement du Ghana après la diffusion lundi 14 novembre d'un documentaire à charge visant l'ancien secrétaire d'État aux Finances. Dans le film réalisé par le journaliste d'investigation Anas Aremeyaw Anas, Charles Adu Boahen se vante de sa proximité avec le vice-président et offre un accès aux mines d'or du pays aux supposés investisseurs, en échange d'une commission. Des allégations qui lui ont coûté son poste.

Dans le documentaire, filmé à son insu, Charles Adu Boahen promet d’user de son influence pour obtenir une rencontre avec le vice-président à des journalistes ghanéens qui se font passer pour des investisseurs. Cette mise en relation a un coût : 200 000 dollars, voire plus, pour compenser également les cinq ou six frères et sœurs du vice-président.

L'intéressé a nié fermement : « Mon atout le plus précieux dans la vie est mon intégrité et je ne permettrai à personne d'utiliser mon nom pour se livrer à de la corruption », a insisté le vice-président.

20% de l'investissement...

Dans un autre passage du film « Galamsey Economy », Charles Boahen propose aux supposés investisseurs d'investir 500 millions de dollars au Ghana et ajoute qu'il prendra 20% de l'investissement.

Pour l'heure, Charles Adu Boahen n'a fait aucun commentaire.

Réalisé par le célébré journaliste d'investigation Anas Aremeyaw Anas, le film dénonce les pratiques des « Galamsey », des mineurs d'or illégaux qui revendent leurs butins à des intermédiaires, qui se tournent ensuite vers l'exportation.

Cette affaire intervient à l'heure où le président est sous le feu des critiques pour sa gestion de la crise économique, lui qui cherche notamment à solliciter un prêt très controversé avec le FMI.


Lire la suite sur RFI