Ghana: manifestation anti-gouvernementale face à l’inflation galopante

REUTERS - FRANCIS KOKOROKO

Des centaines de Ghanéens sont descendus ce samedi 5 novembre dans les rues d'Accra, la capitale, pour dénoncer la dégradation de la situation économique. L'inflation est actuellement estimée à 37% dans le pays, un record.

Les manifestants étaient pour la plupart vêtus de t-shirts rouge et noir, les couleurs du deuil au Ghana. « Démissionnez ou soyez destitués ! » « Les hommes politiques mangent, les Ghanéens souffrent ! » : les slogans scandés par la foule étaient adressés directement à la classe politique, accusée d'inaction face à la flambée des prix du carburant et des produits alimentaires.

Les protestataires ont réclamé la démission du président Nana Akufo-Addo et celle du ministre des Finances Ken Ofori-Atta, tous deux accusés de mauvaise gestion de la crise.

Une semaine plus tôt, le président Nana Akufo-Addo avait promis de « rétablir l'ordre » sur le marché des changes pour contrer la dépréciation de la monnaie nationale, le cédi. Il s'était aussi engagé à soutenir la production locale, en vue de réduire la dépendance aux produits importés. Des mesures voulues rassurantes mais qui n'ont pas convaincu.

À lire aussi : au Ghana, le président Nana Akufo-Addo cherche à rassurer son pays en proie à une crise économique

À lire aussi : Le Ghana à nouveau à la merci du FMI

Les conclusions de l'accord avec le FMI sont attendues d'ici la fin de l'année.


Lire la suite sur RFI