Ghana : accusées de sorcellerie, plusieurs centaines de femmes vivent recluses dans des camps

·1 min de lecture

Le Ghana est l'un des derniers pays au monde où existent des "camps de sorcières" : cinq sont disséminés sur le territoire et abritent environ 300 femmes. Elles sont particulièrement visées par les accusations de sorcellerie qui les obligent à s'exclure de la société, en vivant souvent dans des conditions misérables. Certains recourent à cette stigmatisation pour éviter de rembourser une dette ou éloigner une épouse. Des ONG tentent d'obtenir leur réintégration dans leurs villages d'origine.

Une émission préparée par Jennie Shin.


Lire la suite

Lire aussi:
Au Ghana, l'accident d'un camion d'explosifs fait de nombreux morts
Le Ghana confronté au fléau de la pollution textile
Au Ghana, un projet de loi menace de prison les homosexuels

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles