La gestion des décès en période de Covid, ou la banalité du mal