Ces gestes médicaux que les pompiers peuvent désormais pratiquer

Les sapeurs-pompiers peuvent désormais pratiquer des actes médicaux réservés jusqu'alors aux soignants (illustration).
Les sapeurs-pompiers peuvent désormais pratiquer des actes médicaux réservés jusqu'alors aux soignants (illustration).

Ces soins étaient jusqu'à présent réservés aux médecins. En vertu d'un décret dont se fait l'écho le JDD samedi 30 avril, les sapeurs-pompiers sont désormais autorisés à pratiquer exactement douze gestes techniques en cas d'urgence. Dans le détail, les soldats du feu peuvent établir un diagnostic du patient (pression artérielle, température, électrocardiogramme…) et administrer des médicaments (antidouleur, antihistaminique, contre l'asthme, les overdoses d'opiacés…). Objectif : communiquer davantage d'informations au médecin, à distance, tout en prenant rapidement en charge le patient en danger.

Comme le rappelle LeJournal du dimanche, 85 % de l'activité des pompiers est accaparée par le secours aux personnes. Des urgences vitales qui peuvent tourner au drame en cas de délai excessif de prise en charge du patient, entre déserts médicaux et pénurie de médecins. Ce décret vient également réparer une aberration : jusqu'à présent, les pompiers ne pouvaient même pas administrer un calmant en cas de douleur, seuls les professionnels de santé y étant habilités.

À LIRE AUSSIEst-on encore bien soigné en France ?

Un décret très attendu par les pompiers

Pour prodiguer ces soins médicaux, les pompiers devront tout de même obtenir l'accord d'un médecin à distance. Une formation spécifique sera également obligatoire pour maîtriser les techniques et le matériel. Pour rappel, la France compte 250 000 sapeurs-pompiers, dont 80 % de volontaires, dans 6 000 centres, pour un vol [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles