"Gestes déplacés" : l’ex-archevêque de Strasbourg fait l'objet d’une enquête pénale

Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, fait l'objet d'une enquête pénale. - Credit:FREDERICK FLORIN / AFP

Jean-Pierre Grallet a reconnu dans un communiqué avoir eu « des gestes déplacés » envers « une jeune femme majeure ». Une enquête pénale est en cours.

« Je souhaite, par cette déclaration publique […], contribuer à la démarche de vérité et assumer ma responsabilité », écrit l'ancien archevêque de Strasbourg, Mgr Jean-Pierre Grallet, dans un communiqué diffusé par la Conférence des évêques de France (CEF) mercredi 16 novembre. Dans ce communiqué, l'homme de 81 ans admet avoir eu « des gestes déplacés » envers « une jeune femme majeure » dans les années 1980. « Une enquête canonique est en cours et un signalement à la justice civile a été effectué », précise l'homme. La procureure de la République Yolande Renzi a indiqué dans la foulée qu'une enquête pénale était en cours pour « des faits de nature sexuelle ».

Ces faits avaient été signalés en janvier dernier au parquet de Strasbourg par l'actuel archevêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel, a expliqué Mme Renzi. Dans ce communiqué, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la CEF, explique que Mgr Grallet « est l'un des trois évêques hors fonctions » mentionnés lors de la conférence de presse du 8 novembre dernier « comme faisant l'objet d'enquêtes » pénale et canonique.

Les faits remontent à l'automne 1985

« Durant l'été 2022, j'ai appris la déposition de cette femme et je lui ai aussitôt écrit pour lui dire que j'avais failli et lui demander pardon », écrit Mgr Grallet dans le communiqué.

Ces faits remontent « à l'automne 1985 alors qu'il était prêtre », indique dans un communiqué séparé l'actuel archevêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel, q [...] Lire la suite

VIDÉO - Jean-Luc Hery : "J’avais 8 ans. On l’appelait "Tonton l'Abbé". Il m’a violé. Ça a bousillé ma vie"