Georges Tron voit sa demande de libération rejetée

Youen Tanguy
·1 min de lecture
Georges Tron au tribunal judiciaire de Paris le 19 janvier 2021. (Photo: THOMAS COEX / AFP)
Georges Tron au tribunal judiciaire de Paris le 19 janvier 2021. (Photo: THOMAS COEX / AFP)

JUSTICE - C’était une décision très attendue. La cour d’appel de Paris a rejeté ce lundi 22 mars la demande de remise en liberté de Georges Tron, condamné en appel à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour viol et agressions sexuelles en réunion, a annoncé son avocat Me Antoine Vey au HuffPost.

L’ancien maire de Draveil Georges Tron est incarcéré depuis près d’un mois sous le régime de la détention provisoire. Après son pourvoi en cassation, sa condamnation en appel n’est pas définitive.

Selon Me Antoine Vey, son client, présumé innocent depuis qu’il s’est pourvu en cassation, “ne représente aucun risque en termes de fuite”. Il regrette également que Georges Tron n’ait pas été libéré sous bracelet électronique. “Il n’y avait aucun motif pour s’y opposer”, juge-t-il, dénonçant une “justice d’affichage” et une “mauvaise décision de justice.”

Sollicité par le HuffPost, l’avocat d’une des plaignantes, Me Vincent Ollivier, s’étonne que “lorsque les décisions de justice ne vont pas dans le sens de Georges Ton, la première réaction de la défense est de les déclarer infondées”.

“Je ne connais pas beaucoup d’exemples de condamnés aux assises, qui, ayant fait une demande de remise en liberté pendant l’examen de leur pourvoi, aient vu leur demande acceptée”, note l’avocat.

Il estime enfin que si Georges Tron avait été libéré, ”ça aurait sans doute envoyé un mauvais signal et créé un trouble à l’ordre public”.

Trois ans de prison ferme

À l&rsquo...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.