Georges Tron condamné pour viols et agressions sexuelles: Virginie Ettel "va pouvoir se reconstruire", selon son avocat

Justine Chevalier
·2 min de lecture
Les deux avocats de Virginie Ettel à la sortie de l'audience mercredi soir. - BFMTV
Les deux avocats de Virginie Ettel à la sortie de l'audience mercredi soir. - BFMTV

La condamnation de Georges Tron à cinq ans de prison, dont trois fermes, pour le viol et les agressions sexuelles commis sur Virginie Ettel a été accueillie avec "soulagement" par la victime, fait savoir ce jeudi son avocat sur BFMTV. "Enfin, sa parole est reconnue", s'est félicité Me Vincent Ollivier.

"C'est un soulagement après près de 10 années de procédure, c'est aussi la consécration de quatre semaines d'audience qui ont été impeccables", a poursuivi l'avocat, saluant des "débats d'une grande dignité".

"La contrainte morale retenue"

Mercredi soir, Georges Tron a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour le viol et les agressions sexuelles commis sur Virginie Ettel, une ancienne employée de la mairie de Draveil, dirigée par l'élu depuis 1995. La cour d'assises de Paris, en appel, a reconnu que la position du maire vis-à-vis de sa collaboratrice caractérisait l'infraction de viol.

"Ça dit en réalité que la subordination, la dépendance économique, a tendance à déséquilibrer une situation, détaille Me Ollivier. La question du consentement se pose avec une plus grande acuité que dans une relation classique. Georges Tron a obtenu des relations sexuelles qui n'auraient pas été consenties autrement." L'avocat estime que c'est "la première fois que la contrainte morale est reconnue de façon aussi explicite".

"Heureuse, mais vidée"

Pour l'avocat, les dénégations de Georges Tron depuis le début de la procédure entamée par sa cliente il y a presque dix ans ne pouvaient pas résister devant une cour d'assises, malgré un acquittement en première instance qualifié d'"incompréhensible". "Il a nié les évidences les plus criantes, assure Me Vincent Ollivier. Quelqu'un qui ment sur tout, comment peut-on encore croire à la véracité de ses propos?"

Désormais, Virginie Ettel "va pouvoir commencer à se reconstruire". Son avocat, qui décrit une "combattante, une femme d'un courage exceptionnel", estime qu'elle a "traversé 10 années de cauchemar", qu'elle a été "traînée dans la boue, accusée des pires turpitudes", ayant subi des "pressions contre elle, contre sa famille, contre les témoins". Aujourd'hui, cette femme de 42 ans est "heureuse, mais vidée".

Article original publié sur BFMTV.com