Georges Simenon, l’homme aux dix-mille femmes