"Les gens vont mourir ici": l'appel à l'aide d'un commandant ukrainien, bloqué dans l'usine Azovstal de Marioupol

Serhii Volynsky, commandant de la 36e Brigade de Marine des forces ukrainiennes - BFMTV
Serhii Volynsky, commandant de la 36e Brigade de Marine des forces ukrainiennes - BFMTV

876450610001_6305309574112

"La ville est quasiment effacée de la surface de la Terre". Alors que l'invasion russe en Ukraine est entrée dans son troisième mois, le martyre de Marioupol continue. Cette ville portuaire, assiégée et dévastée par les troupes russes, est encerclée par les soldats de Vladimir Poutine. Les derniers soldats ukrainiens y sont retranchés dans le vaste complexe métallurgique Azovstal, massivement pilloné par les troupes russes, avec des centaines de civils. Via des vidéos relayées sur les réseaux sociaux, ils appellent régulièrement à l'aide, demandant leur évacuation.

C'est le cas Serhii Volynsky, commandant de la 36e brigade de marine des forces ukrainiennes, qui a posté une vidéo mercredi sur Telegram. Le soldat, bloqué dans l'usine, affirme avoir avec lui "600 soldats blessés", ainsi que "des centaines de civils", dont des "douzaines d'enfants" et des personnes âgées.

Le militaire évoque notamment dans son message la bataille de Dunkerque, lors de la Seconde guerre mondiale, pour demander à ce que s'applique "la procédure d'extraction". Entre mai et juin 1940, "les alliés, la Grande-Bretagne et la France, au cours des combats, se sont retrouvés sur la côte française". "Les Allemands les ont entourés et Hitler en personne a donné l'ordre de s'arrêter et de ne pas anéantir ces troupes pour éviter la catastrophe. Les alliés ont décidé de faire une évacuation, lors de laquelle 300.000 personnes ont été sauvées", rappelle-t-il.

Cette évacuation "s'est faite par tous les moyens, avec des navettes, des bateaux de pêcheurs, des militaires, des civils et toute sorte d'organisations. Tout simplement, des gens qui voulaient s'impliquer, plaide-t-il.

"Sauvez la garnison de Marioupol"

Avant d'ajouter: "mon message aujourd'hui est: sauvez la garnison de Marioupol, menez pour nous une opération d'exfiltration. Nous ne sommes plus en 1940 mais en 2022".

Si aucune opération d'évacuation n'est organisée, "les gens vont simplement mourir ici", a imploré Serhii Volynsky, affirmant que "les civils meurent" avec les soldats.

La coordinatrice de l'ONU en Ukraine a annoncé ce jeudi qu'elle "préparait" une nouvelle tentative d'évacuation de Marioupol, alors que les nombreux appels des autorités ukrainiennes sont restées lettre morte ces dernières semaines.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles