«Les gens vont être piétinés à mort» : Itaewon, 18 heures 34… première alerte avant la tragédie

© Koji Ito

18 heures 34, une heure aujourd’hui symbole de la tragédie. C’est à cet instant précis que le tout premier message d’alerte, prédisant le drame qui s’apprêtait à se produire plus tard à Itaewon, a été envoyé à la police. Vers 22 heures 40, cette nuit du 29 octobre, au moins 156 personnes allaient perdre la vie dans un mouvement de foule fatal lors des célébrations d’Halloween. Au total, plus de 100 000 fêtards se trouvaient dans ce quartier populaire et animé de Séoul, en Corée du Sud. Mais seuls 137 policiers avaient été mobilisés sur place. Depuis la tragédie, tous les regards se portent sur la réponse des autorités et les erreurs commises.

Alors qu’une enquête interne a été ouverte, le chef de la police nationale, Yoon Hee-keun, a reconnu en début de semaine des manquements de la part de ses équipes. Afin d’être la plus transparente possible, malgré la colère des citoyens, la police a dévoilé jeudi, à la demande du président, les retranscriptions des premiers appels envoyés par des témoins, dans les heures précédant le drame.

A 18 heures 34, soit quatre heures avant la bousculade mortelle, une toute première alerte disait : «C'est une ruelle étroite. Les gens font la queue devant le club, ceux qui arrivent de la gare d'Itaewon et ceux qui sortent dans la rue. Parce qu'ils sont tous serrés les uns contre les autres, les gens peuvent être écrasés à mort si les choses tournent mal. Je pense que vous devriez contrôler les gens dans l'allée». A 20 heures 33, un autre témoi...


Lire la suite sur ParisMatch