«Les gens ont peur» : ces Russes qui fuient en Turquie pour échapper à la mobilisation

Combien sont ils à refuser l'appel sous les drapeaux ? Impossible pour l'instant d'évaluer avec précision le nombre de réservistes russes qui tentent de se soustraire à la mobilisation décrétée par Vladimir Poutine . Il y a bien sûr les images de ces voitures devant les postes frontières en Finlande ou en Géorgie . Il y a aussi les témoignages, et nombreux de ces déserteurs ont choisi l'avion, direction Istanbul, en Turquie . Europe 1 les a rencontrés à leur arrivée à l'aéroport.

"Les prix des vols ont été multipliés par trois"

Dans le hall d'arrivée de l'aéroport d'Istanbul, Piotr a l'air un peu perdu, mais soulagé. Ce développeur informatique de 29 ans arrive de Moscou avec un ami et il peine encore à croire qu'il a réussi à fuir. "On ne pensait pas qu'on allait y arriver. On croyait vraiment qu'à n'importe quel moment quelqu'un allait surgir pour nous remettre un ordre de mobilisation. J'aime me dire que je me serais rendu si j'avais été mobilisé, mais bien entendu, j'aurais été terrifié et je ne sais pas ce que j'aurais fait jusqu'au décollage. C'était très stressant."

>> LIRE AUSSI - «Mobilisation partielle» : Poutine déclenche une ruée sur les billets d'avion, dont les prix explosent

Avec une petite valise chacun, Anton et Anastasia viennent aussi d'atterrir en Turquie. "Elle avait un peu peur pour moi", explique le jeune homme. "Pas juste un peu", sourit Anastasia, soulagée. Tout juste mariés, ils ont eu de la chance de trouver une place sur un vol pour quitt...


Lire la suite sur Europe1