«Ici les gens sont heureux, mais les mentalités changent»

Libération.fr

Bien que deuxième dans les sondages à la veille des législatives de ce mercredi, le populiste anti-musulmans Geert Wilders aura pesé sur le débat d’idées. A Venlo, d’où il est originaire, la population est partagée.

Des drapeaux rouges, jaunes et bleus flottent au vent dans les rues de Venlo. Des confettis éparpillés entre les pavés du centre médiéval sont les derniers vestiges du carnaval terminé quelques jours plus tôt. Avec 36 000 habitants -plus de 100 000 si l’on compte les communes limitrophes - Venlo est connu pour avoir vu naître et grandir Geert Wilders, le chef populiste du Parti de la liberté néerlandais (PVV). Début mars, aucun signe dans la ville ne trahissait les élections législatives qui se tiennent ce mercredi. Seul un panneau à l’écart du centre-ville affiche les visages des candidats. Les élections, cette année, ont une teneur particulière. Le parti d’extrême droite PVV pourrait remporter 13 % des suffrages, selon les derniers sondages. Il deviendrait le deuxième parti des Pays-Bas, après le VVD, la formation libérale-démocrate à la tête du gouvernement. Second dans le pays, le PVV finira sûrement premier dans le Limburg, la province de Venlo, qui occupe le sud-est du pays, coincée entre les frontières belges et allemandes. Lors des législatives de 2012, le parti populiste y avait remporté autour de 20 % des voix, soit deux fois plus que la moyenne nationale.

Même si le scrutin n’est pas très présent dans les esprits, quand on interroge les habitants de Venlo, Wilders surgit immédiatement dans les conversations. Le politique surmédiatisé qui, comme Donald Trump, utilise Twitter comme unique canal de communication, monopolise la couverture des élections. Pourtant, les sondages montrent que seulement un Néerlandais sur six prévoit de voter pour lui. C’est sans compter les indécis, qui restent nombreux (20 % sont complètement indécis, et jusqu’à 55 % hésitent encore entre deux partis ou plus, selon une étude de l’institut I & O Research du (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Inquiétude identitaire
Turcs et Néerlandais échauffés par les urnes
Wilders déteint sur la campagne
Après la division, l’Union européenne resserre les rangs
Inquiétude identitaire

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages