Agression de Livry-Gargan : « Ces gens doivent payer pour ce qu’ils ont fait »

Carole Sterlé et Sébastien Thomas
Livry-Gargan, le 26 septembre 2017. La famille Pinto a été victime d’une agression. Au matin, des hommes cagoulés se sont introduits à leur domicile. Bernard Bisson/Divergence

Roger Pinto, 84 ans, victime d’une violente séquestration à Livry-Gargan le 8 septembre.


Roger Pinto est soulagé. Toujours anxieux mais soulagé. « Je suis rentré de province car la police m’a demandé si je pouvais identifier les suspects qu’elle a arrêtés », lâche ce retraité de 84 ans, joint ce mardi matin au téléphone, après l’arrestation de quatre hommes et d’une jeune femme. « C’est un énorme poids en moins pour nous car cette affaire nous a beaucoup affectés », poursuit-il. Au point que sa famille a quitté la région parisienne durant plusieurs semaines, quelque temps après l’agression. « Ma femme a été particulièrement affectée, se désole-t-il. Elle est d’ailleurs suivie pour pouvoir tourner la page. »

La séquestration a duré plusieurs heures

Cette page noire, c’était le vendredi 8 septembre, lors d’un cambriolage qui a viré au cauchemar pour cette famille de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis). Le fils de 48 ans, est le premier tombé nez à nez avec les cambrioleurs. Surpris d’une coupure d’électricité, il était descendu au garage pour vérifier le compteur. Deux hommes se sont jetés sur lui, un troisième l’a ligoté. Puis c’était au tour de Mireille, la mère, âgée de 74 ans, d’être frappée. Ses cris ont alerté son époux. Les agresseurs l’ont frappé de plusieurs coups, notamment à la tête. Sept jours d’incapacité totale de travail ont été prescrits aux parents, quatre jours au fils. « Ils étaient persuadés qu’on avait un coffre-fort caché alors ils ont retourné toute la maison », nous avait alors déclaré Roger Pinto, deux jours après l’agression. La violente séquestration avait duré plusieurs heures jusqu’à ce que Mireille parvienne à alerter la police et ne leur rapporte cette phrase prononcée par les tortionnaires : « vous êtes des juifs, donc vous avez de l’argent ».

On leur a volé des montres, des bijoux, de l’argent et des cartes bleues avec les codes. Sur place, les enquêteurs de la Sûreté ont retrouvé un ADN et une empreinte mais trop peu exploitables pour le (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Goussainville : ces habitants s’unissent pour défendre l’urbanisation du Triangle de Gonesse
Edition : les maisons du 93 s’affichent au Salon du livre jeunesse de Montreuil
Noisy-le-Sec : le tracé du prolongement du T1 enfin trouvé
Paris - Seine-Saint-Denis : il avoue avoir étranglé sa compagne
Livry-Gargan : retour à la semaine de quatre jours en 2018

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages