"Des gens criaient et pleuraient" : des élèves du lycée de Grasse racontent la fusillade

Julie Rasplus
Grasse : reprise éprouvante des cours au lycée Tocqueville

Grosse frayeur pour les élèves du lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes). Un jeune homme de 17 ans a ouvert le feu dans l'établissement, jeudi 16 mars, avant d'être interpellé. Huit personnes, dont le proviseur, ont été légèrement blessées, quatre par des plombs, quatre autres choquées ou blessées dans le mouvement de foule qui a suivi les tirs. La panique a en effet saisi de nombreux élèves qui ont raconté ce qui s'était passé à l'intérieur du lycée.

Dans la cour, "on a cru que c'était un attentat"

"J'étais assis par terre contre le mur en face du terrain de sport, en contrebas de la cour de récréation, en train d'écouter de la musique. J'ai entendu une détonation, j'ai cru que c'était un pétard. Je me suis levé et j'ai entendu une deuxième détonation", raconte Xavier, un élève du lycée interrogé par Nice-Matin. A ce moment-là, "on a cru que c'était un attentat", renchérit Thomas, un lycéen de terminale, auprès du même quotidien.

"Tout le monde s'est alors mis à courir et j'ai reçu des cailloux ou des plombs, je ne sais pas. On a escaladé le portillon à côté du gymnase et des élèves ont eu leurs vêtements déchirés", explique Xavier, qui s'est immédiatement réfugié dans un magasin attenant au lycée.

Un commerçant, interrogé par franceinfo, a d'ailleurs vu débarquer deux lycéennes "venues se réfugier dans la boutique". "Elles étaient très choquées car l'une d'elles a reçu un plomb au niveau du bras, raconte-t-il. Elles sont parties paniquées, en courant, en sautant un mur, en passant par-dessus une clôture…"


Dans les classes, "on s'est tous mis sous les tables"

La peur a aussi saisi de nombreux lycéens qui se trouvaient à l'intérieur et qui ont, pour la plupart, choisi de rester dans leurs classes. Lorsque les premiers coups de feu ont retenti, Marianna se trouvait en cours. "On a entendu 'alerte (...) Lire la suite sur Francetv info

DIRECT. Fusillade dans un lycée de Grasse : le frère d'un ami du suspect placé en garde à vue
Ce que l'on sait de la Conspiration des cellules de feu, le groupe anarchiste grec soupçonné d'être à l'origine du colis piégé au FMI
Essonne : une élue PS condamnée pour ses achats de vêtements avec de l'argent public
Fusillade au lycée Tocqueville de Grasse : la sécurisation des établissements scolaires mise à l'épreuve
Coups de feu dans un lycée à Grasse : l'installation de portiques de sécurité est "techniquement irréaliste"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages