«Les gens étaient sous le choc»: en Russie, la mobilisation partielle provoque l'affolement

Protestation, fuite du pays…. La mobilisation partielle annoncée mercredi par Vladimir Poutine ne se déroule pas sans accroc. Mais selon l'état-major russe, plus de 10 000 personnes se sont d’ores et déjà portées volontaires.

Sur les réseaux sociaux, on voit des vidéos de files d’hommes devant les bureaux de recrutement. Sur certaines, ils sont disciplinés, mais des officiers recruteurs font aussi part de difficultés pour convaincre les hommes de s’enrôler. L’un d’eux tentait de motiver les appelés en leur disant que d’aller combattre améliorerait leur futur, ce à quoi on lui a répondu : « Vous nous parlez de futur alors qu’on n’a déjà pas de présent ».

Il y a aussi des images de mères qui s’opposent aux officiers en leur signifiant qu’ils n’emmèneraient pas leur fils, ou alors des « au revoir papa » déchirants lancés par des enfants à leur père mobilisé. Certains avocats ont également dénoncé le fait que certains manifestants arrêtés se sont vu remettre une convocation alors qu’ils étaient au commissariat.

► À lire aussi: Russie: de nombreuses arrestations lors de manifestations contre la mobilisation

Cependant, on n’assiste pas à la naissance d’un véritable mouvement de contestation, au vu du nombre de personnes qui sont sorties manifester, ce n’est pas le cas. Ils sont tout au plus quelques milliers à avoir bravé l’interdiction de manifester pour marquer publiquement leur opposition au pouvoir.

Exode


Lire la suite sur RFI