Rwanda: Raphaël Glucksmann livre un témoignage puissant sur un "pays tapissé de cadavres"

·Journaliste politique
·1 min de lecture
Rwanda: Raphaël Glucksmann livre un témoignage puissant sur un "pays tapissé de cadavres"
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - Une séquence forte durant laquelle l’eurodéputé n’a pas dissimulé son émotion. Ce jeudi 27 mai sur BFMTV, Raphaël Glucksmann était invité à s’exprimer sur le déplacement d’Emmanuel Macron au Rwanda, durant lequel le chef de l’État s’est exprimé sur le génocide des Tutsi en 1994 et sur le rôle joué par la France dans cette tragédie. Très engagé sur cette question mémorielle, l’élu de gauche estime que le temps est venu de présenter des excuses à Kigali.

De “dire que la France sous l’égide de François Mitterrand a soutenu financièrement, militairement, politiquement, les hommes qui allaient faire le génocide, qui allaient exterminer 800.000 personnes en trois mois. Qui allaient pourchasser les enfants dans les marais pour les buter, parce que leur seul crime était d’être tutsi”, a poursuivi l’essayiste passé en politique.

Pour étayer son propos, Raphaël Glucksmann a évoqué, la gorge nouée, son voyage sur place, alors qu’il était jeune adulte. “J’ai parcouru les fosses communes du Rwanda. À 20 ans je me suis retrouvé à déterrer des cadavres dans une fosse septique, à Kigali. Et j’ai encore sur moi cette odeur des cadavres en putréfaction”, a-t-il témoigné, racontant les “robes des femmes violées” retrouvées “jetées dans les chiottes” dans un Rwanda devenu “un pays tapissé de cadavres” (voir la vidéo en tête d’article).

La responsabilité de Mitterrand dénoncée

Raison pour laquelle l’eurodéputé estime que le président de la R&eac...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.