Gennevilliers : nuisances de chantier ou déménagement, les habitants vont choisir

Victor Tassel
Gennevilliers, ce jeudi. Les locataires de la Tour 9 du quartier des Agnettes votent samedi pour choisir de rester, ou de partir, pendant les travaux de la ligne 15 du Grand Paris Express

Un important chantier du Grand Paris Express doit se dérouler, pendant dix ans, sous les fenêtres d’une tour HLM du quartier des Agnettes. Ses locataires votent samedi pour savoir s’ils acceptent ou non d’en subir les désagréments.


Partir ou rester ? Aux habitants de décider. A Gennevilliers, les locataires de la « Tour 9 » du quartier des Agnettes votent ce samedi pour choisir leur futur domicile. Deux choix s’offrent aux occupants de ces 102 logements. Continuer d’occuper leur appartement pendant les dix ans de travaux, sous leurs fenêtres, de la gare de la Ligne 15 du Grand Paris Express. Ou être relogés pour éviter les nuisances à venir. « Les habitants subiront les travaux, donc le choix leur revient, relève Philippe Clochette, maire adjoint (PCF) en charge des Agnettes. Leur avenir est entre leurs mains. »

Une urne et un isoloir seront installés, de 9 heures à 13 heures, devant l’entrée de la tour. Un référendum exceptionnel, pour une situation qui l’est tout autant. Car il ne s’agit pas que de construire la gare, qui sortira de terre à la place du bâtiment voisin, dit « 11-21 », dont la destruction débutera à l’été 2018. Le chantier sera aussi le centre névralgique des travaux de la ligne 15 du Grand Paris Express dans le secteur. Un trou de 30 à 40 m doit être creusé à deux mètres de l’entrée de l’immeuble. Tout le matériel nécessaire à la réalisation du tronçon de ligne jusqu’à Nanterre sera introduit par là et les ouvriers seront amenés à travailler le week-end et la nuit.

« J’avais déjà l’idée de déménager, les travaux ont fini de me convaincre »

« Je n’ose imaginer les nuisances, ce sera à peine croyable, souffle, incrédule, Colette, 85 ans. Il faut partir ! » Si comme Colette, locataire de la tour depuis trente ans, 75 % des votants choisissent la solution du relogement, la mairie et l’office HLM agiront en ce sens. Sans vraiment encore savoir comment. « Nous avançons à l’aveugle », admet Philippe Clochette. De « longues » négociations seront entamées avec (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Asnières : faux policiers, vrais truands
Hauts-de-Seine : une femme de 19 ans violée sur la coulée verte à Châtenay
La Défense : une maquette 3D pour les futurs constructeurs
Voilà à quoi ressemblera le futur parc Freudenstadt à Courbevoie
Puteaux : la ville rend hommage à Johnny

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages