"Genius : Aretha", une série sans âme

·1 min de lecture

"Genius", la série initiée par National Geographic, dévoile pour sa troisième saison, un portrait sur cinq décennies de la reine de la soul Aretha Franklin. Sans convaincre. Et, surtout, sans la voix, sans l’émotion et sans l’énergie de la chanteuse combattante des droits civiques.

En 2017, la chaîne National Geographic se lançait dans une évocation de grandes figures du passé en explorant toute la complexité de leur vie. Les deux premières saisons de huit épisodes revenaient chacune sur celles du physicien Albert Einstein et du peintre instigateur du cubisme Pablo Picasso. Pour la troisième saison, les producteurs Noah Pink et Ken Biller avaient misé sur la figure de l’écrivaine Mary Shelley, mais le décès de la reine de la soul Aretha Franklin, en août 2018, les avaient convaincus de bousculer leur planning. Bien mal leur en a pris ! L’art du saute-moutonLa vision qu’ils proposent de " Lady Soul " est singulièrement désincarnée. Et ce n’est pas réellement de la faute de son interprète, Cynthia Erivo, chanteuse et actrice britannique, récompensée d’un Tony Award pour The Color Purple et nommée aux Oscars 2020 pour Harriet, qui barytonne plus qu’honorablement les titres d’Aretha. Non, le problème vient de l’écriture de la série. Confiée à la dramaturge Suzan-Lori Parks, lauréate du Pulitzer Théâtre pour Topdog/Underdog en 2002, la série déroule mollement les traumatismes et les déceptions de celle qui deviendra, en 1987, la première femme à être intronisée au Rock...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République