General Motors n’est plus le premier constructeur aux États-Unis

·1 min de lecture
General Motors n’est plus le premier constructeur aux États-Unis

Aux États-Unis, les « Big Three » comme on les surnomme, à savoir General Motors, Ford et Chrysler ont traditionnellement été les plus importants groupes automobiles en termes de volumes de ventes.

Cela n’a rien de surprenant puisque s’agissant de constructeurs nationaux. Le cœur des Américains penchait d’abord pour eux au moment d’acheter un nouveau véhicule. Leur large maillage territorial offrait en outre un réseau complet d’usines, de concessions, de centres de réparation et de pièces de rechange. Autant d'éléments qui rassuraient les consommateurs à privilégier ces modèles-là, plutôt que d’autres.

Offensive nippone

Dans les années 80, les constructeurs japonais ont fait une arrivée en force sur ce marché aux perspectives florissantes. Toyota, Nissan, Honda, Mitsubishi, Mazda, Subaru... Tous se sont ainsi, au fil des décennies, fait un nom et une place sur ce qui était à l’époque le plus important marché automobile du monde.

Pour concurrencer les constructeurs premiums (Cadillac, Lincoln, Mercedes, BMW), ils avaient même lancé à la fin de la décennie des marques dédiées à cette catégorie. On obtient ainsi Acura pour Honda en 1986, Infinity pour Nissan et Lexus pour Toyota en 1989.

Depuis, certains d’entre eux sont pratiquement devenus des constructeurs « nationaux ». À l’image de Toyota qui dispose de...Lire la suite sur Autoplus

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles