General Electric à Belfort : jusqu'à 40 mois de salaire pour les employés sur le départ

franceinfo

Les syndicats et la direction de General Electric à Belfort ont négocié jusqu'à 40 mois de salaire pour quitter le groupe américain, dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi validé le 19 décembre dernier par les services de l'Etat, révèle vendredi 3 janvier France Bleu Belfort-Montbéliard qui a pu se procurer le détail des indemnités proposées aux salariés.

À partir de lundi 6 janvier 2020 et jusqu'au 31 mars, le plan social prévoit le départ volontaire de 302 personnes entre les sites de Belfort et de Bourogne mais, selon les syndicats et la direction, lors de cette première phase de départs, il ne devrait y avoir aucun départ contraint.

Les salariés devront cocher un certain nombre de cases pour y prétendre

Les salariés éligibles à un départ volontaire bénéficieront d'une indemnité comprise entre 20 et 40 mois de salaire, en fonction de leur ancienneté dans l'entreprise. Pour arriver à cette indemnité, les employés concernés ont le droit à une "prime de départ rapide" de 20 000 euros minimum, une prime d'indemnité légale de licenciement, une prime d'indemnité complémentaire (entre 4 et 8 mois de salaire en fonction de l'ancienneté) et un congé de reclassement de 12 mois.

Les salariés devront cocher un certain nombre de cases pour y prétendre : être éligible à un départ à la retraite anticipé, présenter une promesse d'embauche en CDI ou en CDD de 6 mois, justifier d'un projet de création d'entreprise ou un projet de formation qualifiante de 6 mois minimum. Le métier (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi