General Electric à Belfort : que contient le nouveau plan de la direction accepté par une partie des salariés ?

franceinfo

Moins de suppressions de postes, mais plus d'économies. Les salariés du site General Electric à Belfort ont voté, lundi 21 octobre, pour la seconde option du plan social élaboré par la direction. Cette option prévoit de réduire de 307 le nombre d'emplois supprimés par rapport aux 792 prévus initialement, mais pose comme contrepartie la mise en place d'un "plan de réduction de coûts et d'amélioration de la performance du site", à hauteur de 12 millions d'euros par an. Les syndicats et la direction ont désormais jusqu'au 29 novembre pour négocier la mouture finale de ce plan social, précise France 3. Franceinfo fait le point sur les principales mesures de ce nouveau plan.

Moins de suppressions d'emplois que prévu

La direction de General Electric a accepté de revoir son plan de licenciements à la baisse. Au lieu des 792 emplois supprimés initialement, "seuls" 485 seront finalement supprimés, en comptant sur des départs volontaires et des reclassements, précise Mediapart.

Au total, les effectifs passeront de 1 760 postes (au 1er avril 2019) à 1 400 postes avant la fin du premier trimestre 2020 et 1 275 postes à partir du dernier trimestre 2020. Selon Philippe Petitcolin, du syndicat CFE-CGC, cité par L'Est républicain, ce chiffre a été négocié directement par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et Larry Culp, le PDG américain de General Electric.

Où seront répartis ces emplois finalement préservés par la direction ? "L'idée est d'avoir une répartition (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi