Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme: l'auteur des coups de feu avait piégé son véhicule

Mélanie Vecchio avec Clément Boutin
·1 min de lecture
Trois gendarmes ont été tués lors d'une intervention dans un hameau près de Saint-Just (Puy-de-Dôme), le 23 décembre 2020. - BFMTV
Trois gendarmes ont été tués lors d'une intervention dans un hameau près de Saint-Just (Puy-de-Dôme), le 23 décembre 2020. - BFMTV

La semaine dernière, dans la nuit du 22 au 23 décembre, trois gendarmes ont été tués et un quatrième gravement blessé à l'arme à feu par un individu lors d'une interpellation pour des violences familiales à Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme.

L'homme s'était enfui avec son véhicule après avoir tué les trois gendarmes et avait été retrouvé mort à quelques mètres, une arme à la main et une autre non loin de lui. BFMTV a appris, ce mercredi, selon une source proche du dossier, que le véhicule était piégé. Une arme était, en effet, fixée en direction de la portière avant droite, avec un système de tenseur. Ce système permettant d’actionner la queue de détente en cas d’ouverture de la portière avant droite.

Les trois militaires tués par Frédérik L. dans cette petite commune du Puy-de-Dôme sont le gendarme adjoint volontaire Arno Mavel, 21 ans, l'adjudant Rémi Dupuis, 37 ans, et le lieutenant Cyrille Morel, 45 ans. Ils appartenaient tous les trois à la brigade d'Ambert.

Article original publié sur BFMTV.com