Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : le commandant de la compagnie de gendarmerie d'Ambert confie son émotion

Depuis la disparition des trois militaires tués alors qu'ils portaient secours à une femme victime de violences conjugales mardi 22 décembre, les témoignages continuent d'affluer à la gendarmerie d'Ambert (Puy-de-Dôme). Fabrice Touioui dirige la brigade depuis un an. La semaine dernière, il est appelé en pleine nuit : trois de ses hommes en intervention sont sous le feu d'un forcené. Il arrive sur zone et apprend le décès des trois gendarmeries. "C'est une situation terrible. J'ai, aujourd'hui, des unités qui sont consternées, effondrées, décimées", confie le commandant de la compagnie de gendarmerie d'Ambert. "Ils ont empêché un carnage" "Le plus difficile pour un chef, c'est de perdre des hommes", souligne Fabrice Touioui. Avant de devenir les héros d'une nation, les trois gendarmes sont devenus les héros de leur brigade. "Ils ont mené leur mission jusqu'au bout, c'était de sauver cette dame. Aujourd'hui, ils deviennent un exemple pour mon équipe, mais aussi pour toute la gendarmerie nationale. [...] Ils ont empêché un carnage", ajoute le commandant, ému.