Les gendarmes mettent fin à une fête nautique sauvage de 50 bateaux dans la baie de Cannes

·1 min de lecture
Vue de la baie de Cannes.  - Loïc Venance
Vue de la baie de Cannes. - Loïc Venance

On imagine bien que des fêtes sauvages, les gendarmes en voient - et en font cesser - quelques-unes dans leur parcours. Et que les tapages font partie intégrante de la bande-originale de leur carrière. Pourtant, les gendarmes de cette brigade nautique azuréenne, appuyés par un bateau des douanes, se souviendront sans doute du rassemblement auquel ils ont mis fin dimanche, sur les coups de 17h, et qui combinait ces deux éléments.

En effet, c'est en pleine mer, dans la baie de Cannes, au large des îles de Lérins, que la scène, racontée initialement ici par France Bleu Azur, s'est déroulée. À l'origine, c'est un bateau de luxe qui a lancé ces festivités impromptues, en balançant sa musique à pleins tubes au-dessus des eaux environnantes. L'initiative a alors rameuté une cinquantaine de navires et d'embarcations, soit de 100 à 150 personnes, selon l'évaluation fournie par le site de la radio locale.

Verbalisés pour nuisances sonores et consommation excessive d'alcool

Une fois n'est pas coutume en cette période de crise sanitaire durant laquelle les autorités ont accru leur vigilance autour des réjouissances collectives, ce n'est pas un problème lié au Covid-19 qui a motivé l'intervention des gendarmes dimanche mais le tapage occasionné et le risque d'accidents en tous genres suscité par une telle densité d'appareils dans un espace restreint.

Ils ont donc dispersé cette flotille puis ont distribué les amendes à bord du vaisseau-amiral de cette free party en milieu aquatique. Ses passagers ont été épinglés pour nuisances sonores et consommation excessive d'alcool.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles