Gel : une situation rare et catastrophique pour les arboriculteurs du Gard

À Saint-Gilles, dans le Gard, le gel s’est abattu sur les vergers. Une masse d’air froid venue de l’Arctique a tout brûlé sur son passage. Pour François Costa, qui possède 10 hectares de vergers, c’est toute sa récolte qui est touchée. Une année de travail a été perdue en une seule nuit. “Ceux qui vont rester seront bons, mais ils seront invendables, tout déformés, tout tordus”, explique l’arboriculteur. Même constat pour des cerisiers qui poussent un peu plus à l’est, près du Rhône : la proximité du fleuve ne les a pas protégés du désastre. "Le réchauffement climatique va accentuer le risque de gelée" Cette gelée historique aurait fait perdre la moitié du chiffre d’affaires des agriculteurs gardois. Les dégâts sont estimés à près de 400 millions d’euros. “Le réchauffement climatique va accentuer globalement le risque de gelée, parce qu’on a gagné quasiment quinze jours sur les vendanges, les récoltes de fruits, etc. Et ce n’est pas forcément une bonne chose, parce que la période de gelée est toujours d’une intensité importante”, ajoute David Sève. Les services de l’Etat vont arpenter les vergers pour tenter d’évaluer l’ampleur de la catastrophe.