Gel : le régime de calamité agricole déclenché pour aider les agriculteurs

Marc Fauriel contemple ses 35 hectares de vergers avec désolation. Il s’est battu pendant plusieurs nuits contre le gel et le froid, en vain. Il évalue les pertes à quasiment 100%. Comme la plupart des arboriculteurs victimes de cet épisode, il devrait bénéficier du régime de calamité agricole décrété par le gouvernement, vendredi 9 avril. Selon lui, cette aide est insuffisante pour compenser les centaines de milliers d’euros perdus. "Ça devrait faire une aide à la trésorerie, à condition que les dossiers aillent très vite. On peut espérer 2 000 euros par hectare, mais ça sera loin de compenser les pertes", lance-t-il. Les viticulteurs en difficulté Les viticulteurs sont aussi touchés. Un viticulteur du Jura ne pourra pas toucher ces aides de l’État, car il était censé être assuré contre le gel, comme tous les vignobles. Mais en réalité, seuls 30% des viticulteurs ont fait cet effort financier. "L’assurance gel coûte tellement cher (...), vous auriez payé plus cher que ce que vous auriez touché", explique Denis Grandvaux, vigneron. Pour ces professionnels, le gouvernement réfléchit à un dispositif avec des allègements fiscaux.