Gel, autotest Covid-19 et naines brunes : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 13 avril 2021 : plusieurs centaines de milliers d'hectares ont été impactés par la vague de gel la première semaine d'avril, les autotests pour le Covid-19 sont disponibles en pharmacie depuis le 12 avril, et la vitesse limite de rotation des naines brunes aurait été découverte.

L'actualité scientifique du 13 avril 2021, c'est :

En environnement : .

  • Les gelées printanières ont touché 10 des 13 régions françaises, avec plusieurs centaines de milliers d'hectares impactés.

  • Des mesures de soutien seront mises en place, comme un recours facilité au chômage partiel, un allègement des charges patronales ou la création d'un fond de soutien.

  • Avec jusqu'à 80% de pertes dans certaines régions du sud-ouest, la récolte sera maigre, impliquant moins de fruits disponibles cet été, et une augmentation des prix.

En santé :

  • Disponibles en pharmacie à moins de 6 euros, les autotests Covid sont à destination de personnes asymptomatiques ; en cas de symptômes, il faut effectuer un test PCR ou antigénique.

  • Ils se présentent sous la forme d'un coton-tige, à insérer dans une narine et à tremper dans une solution qui affichera deux bandes colorées si le résultat est positif.

  • Ils ont une fiabilité de 80% et une spécificité de 99% : il y a 20% de chances d'être un faux négatif, mais seulement 1% de chances d'être un faux positif.

En espace :

  • Les scientifiques de la Western University ont utilisé les données du télescope de la Nasa Spitzer pour calculer la vitesse de rotation de ces astres ni étoiles, ni planètes.

  • Les trois naines brunes ont une période de rotation similaire, d'environ une heure, la plus rapide jamais observée.

  • Le fait qu'elles aient la même vitesse de rotation alors qu'elles n'ont pas été formées au même moment indiquerait qu'elles ont atteint la vitesse limite avant qu'elles ne se brisent.

En animaux : .

  • L'article sur ce nouvel insecte a été écrit pendant le premier confinement, d'où le nom de Potamophylax coronavirus.

  • Son nom fait aussi référence à une autre pandémie, chez les organismes d'eau douce des rivières du Kosovo.

  • Ces habitats d'eau douce se dégradent à cause de la pollution, et sont menacés par la déforestation et les activités touristiques.

En espace : .

  • Il est actuellement en cours d'installation sur le télescope Apex au [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi