Gel : les apiculteurs dans la tourmente

Dans les ruches de Paul Fert, apiculteur à Argagnon (Pyrénées-Atlantiques), les abeilles sont presque affamées, privées de nectar d'acacia. "Il est temps que les températures remontent et que les fleurs apparaissent dans la nature, pour qu'elles puissent se nourrir", espère-t-il. C'est l'une des conséquences du gel : les abeilles produisent à peine assez de miel pour se nourrir, et les colonies se développent mal. Des plantations d'acacias ont brûlé Les abeilles viennent habituellement butiner à quelques centaines de mètres. La moitié des plantations d'acacias a brûlé en une nuit, sous les yeux de la famille d'apiculteurs, impuissants. Ils n'avaient pas connu cela depuis 30 ans. Cette année sera blanche pour le miel d'acacia. La première miellée est, quant à elle, impossible à exploiter. Jusqu'ici, 20 kilos ont été récoltés, soit 30 fois moins que d'habitude. Paul Fert espère que le miel sera plus abondant avec l'arrivée des prochaines floraisons et des températures plus douces pour les abeilles.