Gazprom menace l’Europe d’un hiver rude ? Pourquoi peut-on douter de l’authenticité de cette vidéo

© Observateurs

Le 6 septembre 2022, des médias français et internationaux ont diffusé une vidéo attribuée à l’entreprise Gazprom. Partagée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux par des utilisateurs affichant leur soutien à la Russie, elle met en scène un arrêt des livraisons de gaz naturel effectuées par l’entreprise russe à destination de l’Europe. Mais plusieurs indices indiquent que cette vidéo de propagande n’est probablement pas l'œuvre de Gazprom.

"Gazprom menace les européens d’un hiver glacial", "Le gazier russe Gazprom nargue l’Europe", "L’hallucinante vidéo de propagande de Gazprom"... Les 6 et 7 septembre 2022, ces titres ont été diffusés par plusieurs médias français. D’après eux, la société russe Gazprom - spécialisée dans l’extraction, le traitement et la vente de gaz - aurait diffusé une vidéo mettant en scène un arrêt total de ses livraisons de gaz à destination des pays européens.

Cette information a été reprise de nombreuses fois, y compris à l'étranger. La vidéo a d'ailleurs été diffusée et commentée par plusieurs chaînes de télévision, mais aussi sur les réseaux sociaux, par des comptes affichant leur soutien à la Russie.

Dans cette vidéo, on voit un homme censé être un employé de Gazprom fermant un robinet, puis plusieurs images aériennes de villes européennes plongées dans un hiver glacial. Ces images sont accompagnées de la chanson "Зима", ou "L’hiver sera grand", un chant patriotique soviétique composé par Youri Vizbor.

Une publicité introuvable sur les réseaux de Gazprom

Mais quelle est l’origine exacte de cette vidéo de propagande ? Plusieurs indices permettent de douter du fait que cette vidéo soit réellement une production de l’entreprise Gazprom. Tout d’abord, elle est absente des différents réseaux sociaux de l’entreprise russe.

Aucun des différents comptes Twitter officiels de Gazprom, notamment ses comptes en langues russe, anglaise et allemande, n’a partagé cette vidéo. Ce contenu est par ailleurs introuvable sur son site officiel, ou même sa page Vkontakte, réseau social russe sur lequel l’entreprise est pourtant très active. Même constat sur la chaîne YouTube de Gazprom, alors que l'entreprise y publie régulièrement ses publicités.

Un montage réalisé à partir d’autres vidéos

Cette chaîne YouTube permet de constater que la vidéo de propagande est un montage réalisé à partir d’autres images déjà existantes sur internet. Le plan montrant le dos d’un ouvrier de Gazprom marchant vers une usine a par exemple déjà été utilisé dans une vidéo publiée le 9 septembre 2019 sur la chaîne YouTube de l’entreprise russe.

Dans la vidéo, on retrouve aussi des images qui n'ont pas été mises en ligne par Gazprom : c’est notamment le cas du plan de fin de la vidéo. On y voit un gratte-ciel en verre émergeant d’une mer de nuages. Il s'agit du Lakhta Center, une immense tour de Saint-Petersbourg construite par des architectes et entreprises britanniques, russes, mais aussi turques et américaines. Des locaux de Gazprom y sont installés depuis 2019.

En recherchant sur YouTube les mots "Лахта центр облака", à savoir "Lakhta Center nuages" en russe, on retrouve l’origine de ce plan. Il est tiré d’une vidéo publiée le 23 août 2018 par la chaîne Лахта Центр, la chaîne officielle de cette tour.

Enfin, d’autres images utilisées dans cette vidéo proviennent de l’entreprise britannique The B1M. Celle-ci réalise et publie des vidéos de réalisations architecturales, notamment sur sa chaîne YouTube qui compte 2,6 millions d’abonnés. Plusieurs plans utilisés dans la vidéo de propagande affichent le logo de The B1M - preuve qu’il s’agit d’une réutilisation d’images de l’entreprise britannique.

Gazprom menacerait-elle en fait une ville russe ?

Dans cette vidéo, on retrouve aussi les images d’une ville plongée dans un hiver glacial, censées représenter les villes européennes souffrant d’un manque de gaz naturel. Or ces images montrent en réalité une ville… russe.

Des techniques de géolocalisation (voir ici comment procéder) permettent effectivement de constater que l’un des plans dans la vidéo montre le pont Vinogradovsky, situé dans la ville de Krasnoyarsk. On en retrouve plusieurs vues dans l’outil Google Street View.

La vidéo a été revendiquée par un journaliste russe

Le 6 septembre 2022, Fontanka.ru, un média russe d'investigation basé à Saint-Pétersbourg, a publié un article dans lequel un journaliste russe explique être le vrai auteur de cette vidéo. Contacté par Fontanka.ru, Artur Khodyrev raconte dans cet article qu’il a réalisé cette vidéo avec une collègue et qu’il s’agit "d’une initiative personnelle" pour laquelle ils n’ont pas été payés.

Il est d’ailleurs possible de retrouver cette vidéo publiée le matin du 6 septembre 2022 sur la page Vkontakte de Artur Khodyrev. Gazprom, de son côté, n'a pas réagi. La rédaction des Observateurs a essayé à plusieurs reprises d’obtenir une réaction de la part de l’entreprise gazière russe qui n’a, pour l’instant, pas donné de réponse.