Gaza: regain de tension meurtrière le long du mur de séparation avec Israël

·1 min de lecture

Des affrontements ont opposé Palestiniens et armée israélienne le long de la frontière qui sépare l’État hébreu et l’enclave palestinienne de Gaza durant la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 septembre. Un jeune Gazaoui a été abattu par les forces israéliennes et au moins une quinzaine d’autres ont été blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza. Depuis fin août, de jeunes Palestiniens se rassemblent tous les soirs pour réclamer notamment la fin du blocus israélien.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Assiégés depuis 2007, les Gazaouis exigent la fin du triple blocus terrestre, aérien et maritime imposé par Israël. Pour faire entendre leur revendication, les manifestants rassemblés au sein de groupes baptisés « unités d'agitation nocturne », se retrouvent près de la frontière avec Israël. Leur objectif est de brûler des pneus et de lancer des projectiles en direction du camp adverse.

Des rassemblements tous les soirs

Pour disperser la foule, les forces israéliennes ripostent en tirant des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes. Depuis plusieurs nuits déjà, ces rassemblements ont lieu dans différents endroits à l’est de Gaza, le long de la barrière ultra-sécurisée qui sépare l’enclave palestinienne du territoire de l’État hébreu.

Plus tôt cette semaine, un tireur d'élite israélien a succombé à des blessures à la suite d’une attaque menée depuis la bande de Gaza. Depuis le mois de mai et le cessez-le-feu qui a mis fin à onze jours de conflit entre Israël et le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, les violences se poursuivent régulièrement.

►À lire aussi : Blocus à Gaza: plus de vingt blessés lors de heurts avec l'armée israélienne près de la frontière

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles