Gaza/Israël: vingt-neuf personnes tuées dans les frappes israéliennes

Vingt-neuf personnes dont six enfants sont mortes dans la bande de Gaza depuis le début de la flambée de violences entre Israël et Jihad islamique, annonce ce dimanche le ministère de la Santé dans l'enclave palestinienne.
À ce stade, Israël ne dénombre pas de victimes et l'armée de l'Etat hébreu affirme que « la haute direction de l'aile militaire du Jihad islamique » a été « neutralisée ». Aucune négociation véritable pour un cessez-le-feu n'est enclenchée.

Pour la première fois depuis le début de l'escalade armée en cours avec le groupe Jihad islamique à Gaza, les sirènes d'alerte à la roquette ont retenti dans la métropole de Tel-Aviv samedi après-midi. Jusqu'à présent, elles avaient seulement retenti dans des localités adjacentes à la bande de Gaza, d'où le Jihad islamique tire des roquettes en direction du territoire israélien, rapporte notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul.

Dans un court communiqué, la branche armée du groupe palestinien, les brigades Al-Qods, confirme avoir tiré « un important barrage de roquettes » vers les villes israéliennes de Tel-Aviv, d'Ashdod et de Sderot, où une roquette a frappé de plein fouet un immeuble. Dans la ville portuaire d’Ashkelon des voitures ont également été touchées. Des roquettes sont aussi tombées dans la mer au large de la ville balnéaire de Netanya.

« La bataille n'en est qu'à ses débuts », affirme Mohammed Al-Hindi, un responsable de l'organisation, dans un communiqué. Un porte-parole militaire israélien assure que l'armée se préparait « à une opération d'une semaine » et « ne menait pas actuellement de négociations en vue d'un cessez-le-feu ».

Réactions internationales


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles