Publicité

Gaza: Hind, la fillette de 6 ans disparue au milieu des combats, retrouvée morte

Un char de l'armée israélien près de la frontière avec la bande de 0242024 (JACK GUEZ)
Un char de l'armée israélien près de la frontière avec la bande de 0242024 (JACK GUEZ)

Seule, blessée et coincée au milieu des tirs et des cadavres de ses proches, elle avait appelé en vain au secours, avant le silence: Hind Rajab, une Palestinienne de 6 ans, a été retrouvée morte samedi à Gaza, tuée par l'armée israélienne selon sa famille et le Hamas.

Sa disparition il y a près de deux semaines, et ses appels poignants enregistrés par les secours pendant les heures où elle avait survécu dans une voiture, en pleine opération israélienne dans la ville de Gaza, avaient été largement relayés sur les réseaux sociaux.

Les dépouilles de Hind et plusieurs membres de sa famille ont été retrouvées samedi matin dans la voiture près d'une station essence du quartier de Tel al-Hawa, après le départ à l'aube de chars israéliens de la zone, a annoncé à l'AFP sa famille, qui a accusé les Israéliens de les avoir tués.

Les corps des deux secouristes du Croissant-Rouge palestinien (PRCS) qui avaient été envoyés pour la secourir ont été retrouvés eux aussi samedi matin, dans leur ambulance, à quelques mètres de là, a précisé le PRCS dans un communiqué.

"Hind et tous ceux qui se trouvaient dans la voiture ont été tués", a déclaré à l'AFP son grand-père, Baha Hamada. "Ils ont été retrouvés par des membres de (notre) famille qui sont allés à la recherche de la voiture et l'ont trouvée près de la station essence", une zone jusque-là inaccessible en raison de la présence militaire israélienne, a-t-il expliqué.

- "J'ai tellement peur" -

"Hind Rajab a été tuée par les forces d'occupation (israéliennes) avec tous ceux qui se trouvaient avec elle dans une voiture", a confirmé le ministère de Santé du Hamas dans un communiqué. Le Hamas a ensuite appelé dans un autre communiqué "les institutions des droits de l'Homme et les Nations unies à une enquête sur ce crime odieux".

La mère de Hind, Wissam Hamada, interrogée par l'AFP, a dénoncé "les mécréants Netanyahu, Biden et tous ceux qui ont conspiré contre Gaza et sa population", disant vouloir les interroger "devant Dieu sur ce jour où ma fille a lancé des appels à l'aide (...) sans que personne ne vienne à son secours".

La famille de la fillette avait raconté cette semaine à l'AFP que Hind et d'autres membres de sa famille cherchaient à fuir les combats dans la ville de Gaza lorsque leur voiture s'est retrouvée face à des chars israéliens, qui auraient ouvert le feu.

Hind avait dans un premier temps survécu, et eu sa famille au téléphone, alors que tous les autres personnes présentes dans la voiture étaient mortes.

Le PRCS avait confirmé qu'une standardiste avait eu Hind au téléphone, puis entendu un bruit de tirs. Dans un enregistrement qu'il a diffusé, on entend la petite voix de la fillette supplier: "Venez (...) me chercher", "J'ai tellement peur, s'il vous plaît, venez".

"Pendant plus de trois heures, la fillette a désespérément imploré nos équipes de venir la sauver des chars (israéliens) qui l'entouraient, subissant les tirs et l'horreur d'être seule, prisonnière au milieu des corps de ses proches tués par les forces israéliennes", avait ajouté le Croissant-Rouge.

- Secouristes délibérément "visés" -

Hind avait également eu son grand-père au téléphone. "Elle était terrifiée et elle était blessée au dos, à la main et au pied", avait raconté ce dernier à l'AFP.

Après ces appels, personne n'avait plus eu de nouvelles d'elle, tout comme des secouristes envoyés pour la secourir.

Le PRCS a accusé "les forces d'occupation" (israéliennes) d'avoir "délibérément visé" les secouristes et ce "alors que leur ambulance avait été autorisée à aller sur place" pour la secourir. Il a ensuite publié sur les réseaux sociaux des photos de l'ambulance calcinée.

L'armée israélienne n'a pas répondu aux questions de l'AFP sur le sujet.

La guerre a éclaté le 7 octobre après une attaque sans précédent menée sur le sol israélien par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza, qui a entraîné la mort de plus de 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a lancé une offensive militaire qui a fait plus de 28.000 morts dans la bande de Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Selon l'Unicef, "des milliers d'enfants auraient été tués et des milliers d'autres blessés".

La moitié des 1,7 million de déplacés estimés à Gaza sont des enfants, dont "les maisons ont été détruites", "les familles déchirées" et qui manquent notamment "d'eau, de nourriture et de médicaments", selon l'agence onusienne.

az-skl-emd/blb/emd/vl