Gaza : le Hamas annonce 16 morts dans un raid israélien sur une école abritant des déplacés

Le ministère de la Santé du Hamas a affirmé ce samedi 6 juillet que 16 personnes avaient été tuées dans une frappe israélienne sur une école abritant des déplacés dans le centre de la bande de Gaza.

Le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas qui dirige la bande de Gaza a annoncé ce samedi 6 juillet que 16 personnes avaient été tuées dans une frappe israélienne sur une école abritant des déplacés à Nousseirat, dans le centre du territoire palestinien.

Le ministère, qui a dénoncé un "massacre odieux" dans le camp de Nousseirat, a précisé que 50 personnes avaient également été blessées et transférées vers l'hôpital des martyrs d'Al Aqsa.

Sollicitée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas commenté ces informations dans l'immédiat.

Plus tôt samedi, des secouristes avaient fait état de 10 morts dont trois journalistes locaux dans une frappe aérienne contre une maison dans le camp de Nousseirat.

"Il n'y a absolument aucun endroit sûr dans la bande de Gaza", a réagi le porte-parole de la Défense civile, Mahmoud Bassal, indiquant que le nombre de victimes pourrait augmenter après la frappe sur l'école al-Jaouni.

Il a dénoncé "un nouveau massacre de l'occupation israélienne qui vise des abris et des écoles qui abritent de nombreux citoyens du fait des destructions de maisons à travers la bande de Gaza".

D'après le bureau de presse du gouvernement du Hamas, 7 000 déplacés se trouvaient dans l'école.

Alors que la guerre à Gaza entre dimanche dans son 10e mois, les efforts diplomatiques ont été relancés en vue d'un cessez-le-feu.

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent du mouvement islamiste Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre, qui a entraîné la mort de 1 195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles.

Israël a juré de détruire le Hamas et lancé une offensive militaire d'envergure sur le territoire palestinien qui a tué 38 098 Palestiniens, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du Hamas qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007.

Article original publié sur BFMTV.com