Gaza: une centaine de roquettes tirées vers Israël après la mort d'un chef du Jihad islamique

Suite aux frappes israéliennes visant le groupe armé Jihad islamique dans l'enclave palestinienne qui ont tué leur commandant Taysir al-Jabari, le mouvement armé a répliqué contre Israël.

Après plusieurs jours de tensions, les armes ont finalement été utilisées ce vendredi 5 août. Dans l'après-midi, l'armée israélienne a lancé une série de frappes contre un quartier résidentiel du centre-ville de Gaza. Leur cible : le groupe armé Jihad islamique, dont l’un des hauts responsables en Cisjordanie, Basaam al-Saadi, avait été arrêté lundi 1er août.

Peu après les bombardements, le groupe palestinien annonce la mort de Taysir al-Jabari, un des chefs de l'organisation. L'armée israélienne estime avoir tué 15 combattants du Jihad islamique dans ses frappes. De son côté, le ministère de la Santé à Gaza fait lui état de dix morts, « dont une fillette de cinq ans » (une information confirmée dans un communiqué par l'UNICEF dans la soirée), et de 75 blessés. Des témoins et des sources de sécurité palestiniennes indiquent à l'AFP avoir vu plusieurs frappes, notamment une dans le centre de la ville de Gaza.

La réponse du groupe, qui accuse en retour l'État hébreu de vouloir « déclencher une guerre » contre le peuple palestinien, ne se fait pas attendre : le Jihad islamique riposte. Dès la fin d'après-midi, les brigades Al-Qods, branche armée du Jihad islamique, ont lancé « plus de cent roquettes » vers le sol israélien.

Il s'agit de la pire confrontation entre l'État hébreu et des organisations armées de Gaza depuis la guerre de onze jours en mai 2021, qui avait fait 260 morts côté palestinien, parmi lesquels des combattants, et 14 morts en Israël, incluant un soldat, d'après les autorités locales.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles