Gaza, Biden et Cedeao : les informations de la nuit

Gaza : le Hamas prêt à une concession majeure dans les négociations sur une trêve. Le Hamas a assuré dimanche qu’il était “prêt à discuter d’un accord sur les otages et la fin de la guerre à Gaza sans engagement préalable d’Israël en faveur d’un ‘cessez-le-feu complet et permanent’, rompant ainsi avec la position qu’il défendait lors de toutes les négociations depuis novembre”, écrit The Times of Israel. Ce revirement de l’organisation armée pourrait “potentiellement ouvrir la voie à la première pause dans les combats depuis novembre dernier, bien que toutes les parties aient averti qu’un accord n’est toujours pas acquis”, ajoute le site. La délégation israélienne retournera au Caire et à Doha cette semaine pour poursuivre les discussions avec les médiateurs américains, égyptiens et qataris. Mais dimanche soir, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a publié une liste de ses “demandes non négociables”, notamment la possibilité pour Israël de “reprendre” les hostilités après la trêve et de “se battre jusqu’à ce que tous les objectifs de la guerre soient atteints”. Son initiative, “à un moment crucial avant la reprise des pourparlers, a suscité la colère, tant en Israël que parmi les médiateurs, certains l’accusant de tenter de saboter les progrès acquis de haute lutte”, note le site israélien.

De nouvelles voix démocrates appellent Joe Biden à jeter l’éponge. Plusieurs élus démocrates de haut rang se sont joints dimanche au chœur appelant le président américain à se retirer de la course à la présidentielle. Le chef des démocrates à la Chambre des représentants, Hakeem Jeffries, avait organisé une conférence téléphonique pour “prendre le pouls” de ses membres les plus influents et “le nombre de législateurs ayant explicitement déclaré que Biden ne devrait pas être le candidat démocrate surpassait le nombre de ceux s’étant prononcés en faveur de son maintien”, croit savoir CNN. “C’était assez brutal”, a déclaré à la chaîne américaine un haut responsable démocrate, sous couvert d’anonymat. Joe Biden a quant à lui poursuivi sa campagne, avec plusieurs déplacements dans l’État clé de Pennsylvanie, espérant convaincre ses partisans qu’il reste, comme il l’affirmait encore vendredi sur ABC, le plus “qualifié” pour battre Donald Trump en novembre.

[...] Lire la suite sur Courrier international