Gaz hilarant: les sénateurs veulent une loi pour protéger les mineurs

1 / 2

Gaz hilarant: les sénateurs veulent une loi pour protéger les mineurs

Depuis maintenant plusieurs mois, l'OFDT, l'observatoire des drogues et des toxicomanies, alerte sur le phénomène inquiétant du protoxyde d'azote, un "gaz hilarant", qui semble de plus en plus populaire chez les jeunes. 

Afin de lutter contre ce phénomène, ce mercredi, une proposition de loi à l'initiative de la sénatrice centriste Valérie Létard et de sept autres sénateurs du Nord, département particulièrement touché par cette pratique en nette augmentation, est ainsi à l'ordre du jour du Sénat. 

Elle sera examinée lors d'une "niche" du groupe Union centriste, mais elle a été cosignée par une centaine d'élus de tous bords.

"Nous sommes au début d'un phénomène qui risque de se répandre", souligne auprès de l'AFP la sénatrice, qui plaide pour la mise en place d'"un arsenal législatif pour limiter les dérives, même si on sait que ce n'est pas parfait."

30 morts depuis 2001 outre-Manche

Très facilement accessible dans le commerce, le protoxyde d'azote, ou encore "proto", se vend sous forme de cartouches de siphon à chantilly. Il est aussi utilisé en milieu hospitalier pour ses propriétés anesthésiques et anti-douleur, où il est connu sous le nom de gaz hilarant.

Dans son usage détourné, le gaz que contiennent les cartouches est déversé dans un ballon de baudruche et quelques inspirations provoquent un fou rire irrépressible.

Il y a 15 jours, les autorités sanitaires françaises se sont de nouveau alarmées d'une "augmentation...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi