Et si ce gaz hilarant était une preuve de vie extraterrestre ?

Alors que déjà 5.000 exoplanètes ont été trouvées, la recherche de vie s'intensifie grâce notamment au télescope spatial James-Webb. Capable de sonder l'atmosphère des planètes, il y recherche des biosignatures : des traces de certains gaz décelables seulement dans le cas d'une présence de vie extraterrestre. Actuellement, ce sont surtout des traces d'oxygène et de méthane qui sont cherchées, car le diazote Nest particulièrement difficile à détecter, mais une nouvelle étude publiée dans The Astrophysical Journal vient d'ajouter un nouvel élément : l'oxyde nitreux.

Selon les chercheurs, la « coexistence de N2 et O2 dans une atmosphère est une biosignature possible » car, d'une part, ces deux molécules monoatomiques possèdent un déséquilibre chimique, et d'autre part, car seuls des processus biologiques pourraient produire de grandes quantités de ces gaz. Mais, pour eux, il vaut mieux se concentrer sur un dérivé de l'azote, le N2O ! Aussi appelé protoxyde d'azote, ce gaz possède des propriétés anesthésiques et antalgiques, et porte aussi le surnom de « gaz hilarant » pour son côté euphorisant lorsqu'il est inhalé. Mais surtout, il est produit en grande quantité sur Terre, et pourrait bien l'être aussi sur d'autres planètes.

Le cycle de l'azote pourrait être différent sur une exoplanète

Créé à l'origine par de nombreux micro-organismes présents à la fois sur le sol et dans les océans, l'azote de notre atmosphère provient aujourd'hui aussi de la combustion de matières organiques, de combustibles fossiles ou même d'autres industries. Bien que le cycle de l'azote en résulte perturbé, il se résume toujours de la même manière : de l'azote provenant des océans et de l'atmosphère se fixe dans des bactéries, se transforme lors de la mort de celles-ci, et est ensuite soit assimilé par la biomasse végétale puis de retour dans la terre, soit dénitrifié par des bactéries puis de retour dans l'atmosphère.

L'azote atmosphérique est dégradé par des bactéries. Les plantes...
L'azote atmosphérique est dégradé par des bactéries. Les plantes...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura