De Gaulle, en chair et en film

Par François-Guillaume Lorrain
·1 min de lecture
Le général Charles de Gaulle au Royal Albert Hall de Londres en 1942.
Le général Charles de Gaulle au Royal Albert Hall de Londres en 1942.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n'existait pas, à ce jour, de documentaire embrassant toute l'existence du général de Gaulle. Son Appel, sa guerre, les années de pouvoir, la guerre d'Algérie? oui. Mais les quatre-vingts ans ramassés en un seul film, non. Les deux heures coécrites par son biographe, Éric Roussel, Patrice Duhamel et Jean-Pierre Cottet réussissent à synthétiser tout un parcours, à raconter aussi le destin d'un pays, redonnent à entendre ses principaux discours, entre pédagogie, analyse et images rares, dont le documentaliste du film, Jean-Marie Disderot, nous précise les origines.

Parmi elles, les photos d'Anne de Gaulle, porteuse de trisomie 21, dans le jardin avec le Général, mises à disposition par le petit-fils, Yves de Gaulle. Les images du soldat prisonnier de la Première Guerre mondiale, prêtées par la Fondation de Gaulle. Plus exceptionnelles encore, les premières images filmées de De Gaulle, encore colonel, à qui le président Lebrun, en 1939 avant le déclenchement de la guerre, rend visite pour montrer aux Allemands que les Français aussi disposent de compagnies blindées : de Gaulle, connu seulement des milieux politiques et militaires pour ses ouvrages, était un inconnu pour le grand public. Plus inattendue, la séquence où Castro fait l'apologie des Mémoires de De Gaulle, qu'il a en main, et du Général, plus largement.

Lire aussi Jean-Claude Casanova : « De Gaulle a inventé la rigueur »

Images anglaises et américaines

Mais u [...] Lire la suite