La gauche et la sécurité : comme un malaise

·1 min de lecture

Les vifs débats provoqués par les déclarations du communiste Fabien Roussel, ainsi que par la participation de plusieurs responsables de gauche à la manifestation des policiers devant l'Assemblée nationale, rappellent que la sécurité est un thème en jachère à gauche.

Certains joueurs de tennis sont beaucoup plus à l'aise sur la terre battue de Roland-Garros que sur le gazon de Wimbledon, et vice-versa. Mais en politique aussi existent des surfaces de jeu préférées, et à gauche, on n'apprécie guère les terrains jugés glissants tels que la sécurité, l'immigration ou l'islamisme. C'est pourquoi les initiatives de Fabien Roussel, candidat communiste déclaré à la présidentielle, ont surpris ces derniers jours.En effet, le député du Nord a clairement affirmé lors d'une conférence de presse le 11 mai que " la question de la sécurité ne sera[it] pas une question secondaire ", le droit à la sécurité étant même érigé au rang de " droit fondamental ". Et le secrétaire national du PCF d'enfoncer le clou sur BFMTV : " Il ne faut pas laisser l’idée que la gauche puisse être laxiste sur cette question-là et moi je vous le dis, il faut une politique de sanction, de répression, ferme ". Il promet, en cas d'élection à la présidence de la République, l'embauche et la formation de 30.000 policiers, et veut faire passer la peine pour meurtre de " tout détenteur d'une autorité " à trente ans de prison. Lors de l’université d’été du PCF, à Malo-les-Bains (Nord), en août 2020, le député...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'Arthur Noyer

Conflit israelo-palestinien : au moins 20 morts, dont neuf enfants

Plus de 90% des journalistes de "20 Minutes" en grève, opposés aux suppressions de postes

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex