Une gauche plurielle rouvre les champs des possibles

Libération.fr

Hausse du salaire minimum, augmentation des retraites, promotion du patrimoine agricole local… A Idanha-a-Nova et alentour, près de la frontière espagnole, les habitants épuisés par des années d’austérité voient d’un bon œil la politique de la coalition d’António Costa, au pouvoir depuis fin 2015.

La région d’Idanha-a-Nova fait partie de ces territoires reculés du Portugal, historiquement oubliés, adossés à «la Raya», la frontière avec l’Espagne. Pas grand-chose ici, a priori, pour s’arrimer au développement et à la croissance : de grandes étendues d’oliveraies, une campagne peu équipée, une population rurale et pauvre, une forte majorité de personnes âgées, de jeunes générations parties tenter leur chance à la ville (Castelo Branco, Fundão ou Lisbonne) et le sentiment atavique qu’il n’y a pas grand-chose à attendre de l’extérieur, aussi bien de Lisbonne que de Madrid. Quelque 10 000 habitants et dix-sept bourgades s’étalent dans cette verdure vallonnée, parfois hérissée de pythons rocheux, à l’instar de Monsanto, un joyau de 1 160 habitants que les autorités nationales ont déclaré le «plus portugais» de tous les villages.

Pourtant, même dans ce recoin peu fréquenté, l’effet contagieux de la coalition emmenée par le socialiste António Costa et soutenue par les communistes et le Bloco de Esquerda («bloc de gauche», aux airs «mélenchonistes») se fait sentir. Petit employé à la mairie qui a monté son entreprise touristique, Jorge Costa, la trentaine, est posté à la réception des thermes de la bourgade de Monfortinho, attraction locale depuis deux siècles grâce à ses eaux riches en silice : «J’ai su que quelque chose bougeait lorsque notre Premier ministre a choisi de se déplacer près d’ici, à Idanha-a-Nova, pour célébrer les 100 jours de son exécutif. En général, le pouvoir bouge peu de Lisbonne et de Porto et méprise les campagnes. J’ai senti tout à coup qu’on existait.»

Agréable Frémissement

Rien de très spectaculaire, mais Jorge Costa est sensible aux signaux qui (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Economie portugaise : la vigueur après la rigueur ?
Syrie : du gaz sarin a bien été utilisé
Panama Papers : le Premier ministre pakistanais gagne un sursis
Arabie: l’emploi dans les centres commerciaux réservé aux Saoudiens
«C'est Miami?» : l'odyssée d'une famille d'Irak jusqu'en Colombie

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages