Second tour de l'élection présidentielle 2017: 50 nuances d'appel à voter Macron contre Marine Le Pen

Geoffroy Clavel
Second tour de l'élection présidentielle 2017: 50 nuances d'appel à voter Macron contre Marine Le Pen

PRESIDENTIELLE 2017 - Il n'aura pas fallu cinq minutes pour que les appels tombent en pagaille. Sitôt le duel annoncé entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle, la quasi-totalité des cadres Les Républicains et du Parti socialiste ont annoncé qu'ils soutiendraient le candidat En Marche! au second tour.

Un soutien qui n'annonce pas pour autant un ralliement alors que les partis éliminés de la cours à l'Elysée scrutent déjà avec attention le troisième et quatrième tour des élections législatives. Sur France2, le très droitier président de la région Auvergne-Rhône Alpes Laurent Wauquiez a affirmé qu'il appelait à "ne pas voter pour Marine Le Pen", dont l'élection serait pour lui synonyme de "chaos". Pour autant, l'ancien sarkozyste refuse d'envisager tout accord avec Emmanuel Macron, estimant les idées de la droite "majoritaires dans le pays". Rejetant la défaite de François Fillon sur le dos "des affaires", ce dernier a clairement laissé entendre qu'une cohabitation contrainte était encore à portée de main.


A ses côtés, l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin a semblé prendre ses distances en appelant au contraire à une union républicaine contre le Front national. "On est dans une situation qui exige de la responsabilité. J'ai toujours contesté le ni-ni, on ne les renvoie pas dos à dos", a réagi de son côté Nathalie Kosciusko-Morizet sur Twitter.

Signe annonciateur d'une potentielle clarification stratégique à droite, Laurent Wauquiez a appelé à ce que le parti se saisisse pour trancher l'attitude à tenir dans les jours qui viennent.

"Je n'adhère pas plus aujourd'hui qu'hier au projet de Monsieur Macron mais il s'agit bel et bien de barrer la route à l'extrême-droite et à ses dirigeants, il en va de l'avenir de notre pays", a mis en...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages