"Comment la gauche est devenue incapable de battre Emmanuel Macron"

·1 min de lecture

Pour Stéphane Fournier, enseignant, aucun parti de gauche n'est en mesure de battre Macron en 2022, alors que la situation sociale est désastreuse.

Il y a des faits que nous refusons parfois de voir, en science comme en politique, cependant, transformer le réel oblige à regarder la société en face.Depuis 4 ans, Macron suscite une détestation bien réelle chez une partie d’un peuple qu’il semble lui-même détester, au gré de ses petites phrases. Pourtant, rien ne semble l’atteindre. Sa majorité faiblit mais n’a jamais montré de sérieux signes de rupture. Las, son électorat n’a jamais semblé si serein et sûr de son champion. Les derniers sondages démontrent l’adhésion inaltérable de ses électeurs de 2017. Ce qu’il a légèrement perdu à gauche, il l’a regagné aisément à droite.Pourtant, il convient de reconnaître qu’il est l’homme à battre en 2022. Et par conséquent qu’il faut une véritable stratégie adossée à une ligne politique claire pour s’y atteler. Malheureusement, au sein des partis et mouvements de gauche, pour l’heure, nous ne voyons poindre l’ombre d’une analyse raisonnée de la société, ni de stratégie de conquête raisonnable et encore moins l’amorce d’un programme novateur établissant une alternative sérieuse au macronisme. Seulement des appels infantilisants à " stopper le duel Macron – Le Pen ".Macron est solide sur sa baseToujours solide dans les anciens électorats UMP et PS, Macron annihile toute émergence d’un bloc de " gauche ". Puisqu’il en capte une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme