La gauche dénonce «l'insulte» de Macron et l'accuse de «banaliser» Le Pen

© Ludovic MARIN / AFP

Plusieurs cadres de gauche ont vivement réagi aux propos d'Emmanuel Macron qui a accusé mercredi la Nupes d'être "main dans la main" avec le RN pour faire tomber le gouvernement. Certaines personnalités de droite et de la majorité avaient accusé la Nupes d'avoir produit une première motion de censure volontairement consensuelle pour qu'elle soit votée par le RN.

Preuve de "cynisme", banalisation de l'extrême-droite, "insulte" : plusieurs cadres de gauche ont vivement réagi aux propos d'Emmanuel Macron qui a accusé mercredi la Nupes d'être "main dans la main" avec le RN pour faire tomber le gouvernement. "Même Nicolas Sarkozy, même Jacques Chirac qui sont des adversaires politiques de mes idées n'avaient jamais mis un signe égal entre ce que nous représentons et l'extrême droite", s'est indigné Alexis Corbière jeudi sur CNews. "C'est d'un cynisme total, il (Emmanuel Macron ndlr) banalise Marine Le Pen", a-t-il estimé, dénonçant un "moment de comédie".

>> LIRE AUSSI - Ce qu'il faut retenir de la seconde interview d'Emmanuel Macron sur France 2

"C'est totalement indigne de la part du président"

"Il y a eu 90 votes communs au moins sur les scrutins publics à l'Assemblée entre les députés macronistes et le Rassemblement national, Emmanuel Macron, ne s'est pas évanoui", a-t-il ironisé. "Emmanuel Macron votre expression est une insulte pour les millions de Français qui comme moi ont voté, non pas pour vous, mais contre l'extrême droite", a réagi mercredi soir sur Twitter le patron du PS Olivier Faure. "C'est totalement indigne de la part du président qui n'hésite pas à colporter une fake news sur une pseudo élaboration commune d'un texte. On est dans le délire total", a vilipendé le député PS Arthur Delaporte jeudi sur RFI, réitérant que la Nupes est "la digue la plus étanche possible vis-à-vis du RN".

Lire la suite sur Europe 1

VIDÉO - Motions de censure: pour Éric Ciotti, "l'alliance entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ne nourrit rien de bon"