Jacques Généreux , la gauche qui croît

Libération.fr

Intellectuel en politique, le possible ministre de l’Economie de Mélenchon raconte une enfance croyante.

Peut-être existe-il des traits cachés de sa personnalité qui contredisent la perception qu’on a de lui. Mais après six heures d’échanges à écouter ses longues phrases à tiroirs ponctuées de rires, on se dit qu’il porte bien son patronyme : Généreux. Avant la rencontre, on appréhendait qu’il reste parqué sur l’échiquier politique. Il n’en fut rien. Jacques Généreux, possible ministre de l’Economie si d’aventure le candidat de La France insoumise remportait la présidentielle, est un bon babillard. Dans son modeste bureau de Sciences-Po Paris, où il enseigne, il se confie, la veste à peine tombée, avec une sorte de délice. Le verbe est haut, le sourire large et l’œil réjoui. Au risque de paraître suffisant, le voilà qui balaie d’un mouvement de bras sa bibliothèque. Y figurent une bonne vingtaine d’ouvrages signés de son nom : «C’est tout mon travail, toute ma réflexion.» Des livres à succès, miroir d’une pensée d’économie hétérodoxe et keynésienne mais teintés tout à la fois d’anthropologie, de sociologie, de philosophie et plus récemment de sciences cognitives. Des livres qu’il écrit tôt le matin dans des bistrots. «Pour voir des gens à qui je peux dire bonjour. C’est tellement bon de se sentir dans une bulle humaine.»

Son parcours est celui d’un intellectuel. Et il en a une claire conscience. La raison, il y en a une, «mais peut-être factice, déformée par le temps qui passe : celle de l’angoisse très forte que j’avais enfant, à 6 ou 7 ans, de la mort et du non-sens de la vie». Généreux s’avoue «mystique». Héritier d’une famille très catholique, il vit dans un environnement où tout s’explique. Mais à force de se poser la question «pourquoi meurt-on ?», il découvre que l’énergie dépensée à imaginer les différentes réponses occupe l’esprit, et le temps. Môme, le remède à ses angoisses passe par la spéculation intellectuelle. C’est là que débute son perpétuel (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Le point sur l'actu de ce vendredi
Hamon veut tester sa «feuille de route» dans l’Ouest
Mélenchon veut une école 100% gratuite dès la rentrée 2017
Pas assez enthousiastes, ils se font virer d’un meeting de Fillon
La droite manipule un off de Macron pour l'accuser de sympathies «islamistes»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages