Gastronomie : quand la cuisine étoilée s'invite dans les foodtrucks

En apparence, c'est un foodtruck comme un autre, installé sur un carrefour marseillais. À l'intérieur se cache pourtant la cuisine d'un chef triplement étoilé. Suite à la fermeture des restaurants, Alexandre Mazzia a acheté un camion, dans lequel il propose cinq fois par semaine de la cuisine de rue revisitée. Saucisse, pain, sauce, tout est fait maison. Les formules à la carte coûtent entre 22 et 36 euros. Les prix, relativement élevés pour de la cuisine de rue, séduisent toutefois plus d'une centaine de clients par jour. "C'est sûr que c'est un petit budget, mais bon… On ne boit plus de bières le soir, autant se faire plaisir le midi !", relativise un client. De Marseille à la Bretagne, une formule qui séduit Les plats sont préparés à quelques mètres du foodtruck, dans les cuisines du restaurant. Grâce à son camion, le chef a rappelé aux fourneaux ses 17 salariés. "Mon rôle est de garder du baume au cœur, et de permettre à mes équipes de garder la tête hors de l'eau, psychologiquement, et physiquement", explique ce dernier. Il maintient également le lien avec ses fournisseurs. Alexandre Mazzia n'est toutefois pas le seul à avoir mis ses étoiles dans un camion. En Bretagne, le chef Christophe Le Fur s'est lui aussi lancé, et ce depuis le premier confinement. Il a quitté ses cuisines pour s'installer dans une zone commerciale. Il a inscrit au menu du camion des plats qu'il n'avait jamais encore réalisés, comme un croque-monsieur à la Saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), ou un burger aux tomates anciennes.