Gastronomie : à la découverte de l'artichaut du Roussillon

Début mai, soit deux mois avant ses cousins bretons, l’artichaut du Roussillon est le premier à pointer fièrement la tête. L’ensoleillement est optimal dans la région. Or, "c’est une plante qui a besoin de beaucoup de lumière pour se développer. Ensuite, on est très proches de la mer, on a la chance d’avoir des températures clémentes avec les entrées maritimes", explique Ludovic Combacal, producteur d’artichauts du Roussillon à Toreilles, dans les Pyrénées-Orientales. Un met prisé Enfin, le sol est riche et profond, ce qui permet un développement fort de la plante. Sur les 700 hectares plantés dans les Pyrénées-Orientales, les trois quarts ont obtenu l’indication géographique protégées, le graal pour les professionnels. Depuis 2015, l’IGP regroupe 5 variétés, toutes produites sur 50 communes du Roussillon. Ce légume prisé se retrouve aussi dans les assiettes des grands cuisiniers, à l’instar de celles de Christophe Comes, le chef étoilé de "La Galinette", à Perpignan (Pyrénées-Orientales).