Garry Conille, un technocrate à la carrière internationale pour tenter de sortir Haïti du marasme

Haïti a enfin un nouveau Premier ministre. Deux mois et demi après la démission forcée d'Ariel Henry, Garry Conille a été nommé mardi 28 mai 2024 par le Conseil présidentiel de transition (CPT). Ce médecin de formation, actuellement directeur régional de l'Unicef pour l’Amérique latine et les Caraïbes, a fait l'essentiel de sa carrière aux Nations unies. C'est, donc, un profil international qui a été retenu pour relever un défi d'ampleur : arrêter la descente aux enfers d’Haïti.

Garry Conille est bien connu des Haïtiens. Ce gynécologue de 58 ans a déjà été Premier ministre pendant huit mois, entre 2011 et 2012. Un mandat écourté en raison de différends avec le président de l'époque, Michel Martelly, et les membres de son propre gouvernement. Aujourd'hui, c'est une tâche colossale qui l'attend. Le nouveau Premier ministre de transition prend la tête d'un pays « au bord de devenir un État défaillant », selon les termes employés récemment par le secrétaire d'État américain Antony Blinken. Mais Garry Conille dispose d'une solide expérience. Ce spécialiste du développement et de l'aide humanitaire a fait la majeure partie de sa carrière au sein des Nations unies. Il a notamment travaillé aux côtés de l'ancien président américain Bill Clinton, envoyé spécial de l'ONU pour Haïti au lendemain du dramatique tremblement de terre de 2010. Il a également occupé des postes dans plusieurs pays d'Afrique. Il maîtrise, donc, parfaitement les codes de la diplomatie internationale et devrait pouvoir compter sur de nombreux soutiens à l'étranger, à commencer par les États-Unis qui ont poussé au déploiement d'une force internationale pour aider la police haïtienne. Déploiement qui se fait toujours attendre.

L’homme de Washington ?


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Haïti: Garry Conille, nouveau Premier ministre intérimaire, le choix de l’international?