Gare de l’Est paralysée : Ce que l’on sait sur l’incendie volontaire

Après un incendie volontaire sur des câbles électriques du réseau de la SNCF, la gare de l’Est est au ralenti, voire à l’arrêt presque complet ce mardi 24 janvier.
THOMAS SAMSON / AFP Après un incendie volontaire sur des câbles électriques du réseau de la SNCF, la gare de l’Est est au ralenti, voire à l’arrêt presque complet ce mardi 24 janvier.

TRANSPORTS - Drôle de journée pour les voyageurs passant par la gare de l’Est ce mardi 24 janvier. Après un « acte de malveillance » perpétré sur des câbles électriques en Seine-et-Marne dans la nuit de mardi, le trafic ferroviaire est depuis très fortement perturbé au départ et à l’arrivée de la gare de l’Est à Paris. Une situation qui ne devrait pas s’arranger de sitôt.

Depuis ce mardi matin, les TGV ainsi qu’une partie des TER et des trains de la ligne P du Transilien ne peuvent donc plus entrer ou sortir de la gare parisienne. Le parquet de Meaux a d’ailleurs annoncé l’ouverture d’une enquête pour « dégradation volontaire et mise en danger de la vie d’autrui » suite à cet incendie sur le réseau de la SNCF. La situation est telle que le ministre des Transports a indiqué « ne pas pouvoir encore garantir » une reprise du trafic des trains mercredi à la gare de l’Est.

  • Un sabotage « très grave »

Au petit matin, « quarante-huit artères de câbles, soit environ 600 câbles électriques, ont été endommagées » dans un poste d’aiguillage à Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), a indiqué en milieu de journée la compagnie ferroviaire, après avoir constaté les dégâts sur place.

Rapidement informé, le ministre des Transports Clément Beaune a dénoncé « un acte de malveillance scandaleux [...] avec une intention délibérée de nuire et de perturber très gravement le trafic », qui « doit être sanctionné et condamné ». Il a notamment évoqué « des traces d’essence » et un incendie « dans deux points ciblés », qui a provoqué « un incident assez exceptionnel, très grave ».

Initialement, la SNCF avait assuré que le trafic reprendrait normalement vers 10h, selon des estimations fournies dans la matinée. Mais rapidement, la gravité des dégâts a contraint la SNCF à revoir sa copie.

« On pensait que la matinée permettrait de résoudre le problème, ce n’est pas le cas. Malheureusement toute la journée au moins le trafic sera interrompu », a également fait savoir le ministre, en déplacement dans la gare paralysée.

  • Une enquête et une plainte

Depuis, les TGV ainsi qu’une partie des TER et des trains de la ligne P du Transilien ne peuvent plus entrer ou sortir de la gare. Le trafic des RER E, de la banche sud de la ligne P et des TER reliant Paris-Troyes-Mulhouse circulent toutefois normalement, a précisé la SNCF.

Alors qu’une plainte a été déposée par l’entreprise, le parquet de Meaux a annoncé l’ouverture d’une enquête pour « dégradation volontaire et mise en danger de la vie d’autrui ». Elle a été confiée à la police judiciaire de Meaux.

Selon le communiqué du procureur Jean-Baptiste Bladier, les policiers du commissariat de Noisiel avaient été alertés vers 04h35 de l’incendie d’un boîtier électrique de la SNCF, qui s’est déclaré vers 01h10.

Et d’après les premiers éléments de l’enquête, « un premier coffret abritant des câbles électriques avait été incendié après que deux panneaux en béton condamnant l’accès à la trappe où ledit coffret était inséré dans le sol avaient été retirés et déposés », a-t-il déclaré. « Un second coffret, situé de l’autre côté des voies, accessible au moyen d’un tunnel situé sous lesdites voies, avait lui aussi fait l’objet de dégradations par incendie », a ajouté le procureur de la République.

  • Aide aux voyageurs et remboursements

Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs a fait savoir aux usagers de la SNCF qu’une « information voyageurs » avait été déployée sur l’ensemble des sites de la compagnie ferroviaire française. « Des gilets rouges (des volontaires chargés d’orienter les voyageurs) ont été déployés », a aussi annoncé Christophe Fanichet.

Le PDG de SNCF Voyageurs assure également que « les voyageurs qui avaient une réservation ont été informés ». Le ministre des Transports a par ailleurs indiqué qu’un remboursement intégral des passagers dont le train a été supprimé allait être mis en place, malgré le fait que la panne ne soit pas du fait de la SNCF.

Et si quelques TGV ont pu être déviés vers la Gare du Nord, toute proche de la gare de l’Est, Clément Beaune a invité « toutes celles et tous ceux qui ont des voyages prévus demain (mercredi) de bien se tenir au courant, il y aura un point d’information précis de la SNCF autour de 17H. Tout est fait pour une reprise dans les meilleurs délais, mais on est encore dans l’incertitude. On ne peut pas encore garantir la journée de demain », a-t-il prévenu.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi