"Je garderai toujours la peur en moi": trois victimes présumées du "violeur de la Sambre" témoignent

De gauche à droite, Valérie, Betty et Clara seront pour la première fois confrontées à leur agresseur présumé. Interpellé en février 2018, Dino Scala, surnommé le
De gauche à droite, Valérie, Betty et Clara seront pour la première fois confrontées à leur agresseur présumé. Interpellé en février 2018, Dino Scala, surnommé le

Betty, Clara, et Valérie seront pour la première fois confrontées à leur agresseur présumé. Interpellé en février 2018, Dino Scala, surnommé le "violeur de la Sambre" - puisqu'il agissait dans la vallée du même nom - comparaît devant la Cour d'assises de Douai à partir de ce vendredi. Aujourd'hui âgé de 61 ans, il est accusé d'être l'auteur de 56 viols, tentatives de viols et agressions sexuelles depuis 1988, il encourt 20 ans de réclusion criminelle.

Pour les trois femmes, ce procès c'est d’abord une terrible appréhension.

"Mes cauchemars en ce moment c'est la peur d’être avec lui dans le tribunal, de le voir. C’est angoissant", confie ainsi Clara.

Trois femmes toujours terrifiées en attente de réponses

Les trois semaines d’audiences qui s'ouvrent sont, pour Valérie, l'espoir d’avoir enfin des réponses aux questions qu’elle se pose depuis maintenant plusieurs années.

"Je voudrais avoir des explications sur ce qu'il s'est passé après ma strangulation. Que s’est-il passé après? Est-ce qu’il m’a abandonnée? Est-ce que le fait de me voir ne plus respirer l’a fait paniquer? J'espère repartir avec des réponses à mes questions", insiste la présumé victime.

De son côté, Betty, qui vit toujours dans la peur, n'attend "rien" de ce procès. Elle précise:

"Je garderai toujours la peur en moi. Le problème, c’est que je la transmets aussi à mes enfants. J’ai encore ma fille de 7 ans qui dort dans ma chambre. J’ai peur que quelqu’un entre chez moi et qu’on vienne chercher ma fille ou autre."

Cela fait maintenant une vingtaine d'années que les trois femmes partagent leurs craintes. Inséparables dans l'épreuve, c'est ensemble qu'elles veulent se confronter à Dino Scala dont le procès ouvert ce vendredi. C'est un homme Crâne rasé, en chemise et pull gris, qui s'est présenté devant la cour d'assises l'air grave, face à quelques dizaines de partie civiles. Il comparaît jusqu'au 1er juillet pour 17 viols, 12 tentatives de viol et 27 agressions ou tentatives d'agression sexuelle.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles